ACTUALITES DE LA LIGUE

TOURNOI NATIONAL 9 ANS DU 22 AU 25 OCTOBRE SUR LES TERRES DE LIGUE A AIX EN PROVENCE

Sur proposition de la direction technique nationale, la ligue Provence-Alpes-Côte d’Azur organise le 1er tournoi national 9 ans de la saison sportive sur les installations du centre de Ligue d’AIX en PROVENCE du Mardi 22 Octobre au vendredi 25 Octobre au matin.

 

Les tournois nationaux sont un moment privilégié pour la Direction Technique Nationale de voir évoluer les meilleurs enfants des différentes ligues régionales.
En effet, ce tournoi est réservé aux meilleurs enfants (nés en 2011 et après) sélectionnés par leur ligues.

Il se jouera sur le terrain traditionnel et en niveau jaune ; tous les joueurs (filles et garçons) seront donc classés au minimum 30/3 pour pouvoir y participer.
Le tournoi comporte un tableau final qui se jouera sur terre battue extérieure, un tableau de double obligatoire et un tableau de consolation, ces 2 derniers tableaux se jouant sous les courts couverts.

Les ligues ont répondu favorablement et à ce jour elles ont inscrit 32 garçons et 24 filles, qui viendront en délégation avec leur coach.
C’est l’occasion pour tous de venir voir pendant 4 jours, les niveaux de cette catégorie d’âge et de venir encourager nos joueurs.

 

Pour ce tournoi national ont été sélectionnés :
Sacha CARANTE (TC MENTON) / Gabriel LERDA (ANTIBES JUANS LES PINS) / Achille HAMEL (TC PENNES MIRABEAU)/ Orso FILLACIER (TENNIS PARK MARSEILLE)
Mia MOULIN (TC MONACO)/ Pauline CRUZ (TC MENTON)/ Lou HILAIRE (AS AIGUIER)

La délégation de la ligue sera encadrée par Christophe CASA et Nadine VACHEROT

NOUS VOUS DONNONS DONC RENDEZ-VOUS DES LE MARDI MATIN POUR LES 1ERS MATCHES DU TABLEAU FINAL

 


CONNECTEZ-VOUS à  TEN'UP

Ten’Up est désormais la nouvelle marque dédiée à la pratique du tennis, du padel et du beach tennis. Celle-ci se décline sous la forme d’une application mobile (téléchargeable sur l'Appstore et le Playstore) accessible gratuitement à tous les pratiquants (licenciés FFT ou non), mais aussi d’un site internet https://tenup.fft.fr/

Cette plateforme digitale particulièrement innovante permet notamment de mettre en réseau les pratiquants et les licenciés, de visualiser l’ensemble des clubs FFT sur le territoire, et d’accéder à leurs différentes offres. Les clubs affiliés pourront ainsi bénéficier directement de la dynamique et de l’attractivité générée par cette nouvelle plateforme digitale et devraient être mieux valorisés.

L’application mobile Ten’Up dispose de nombreux atouts :
- Celle-ci est gratuite (pour l’utilisateur et pour les clubs), accessible au grand public et à tous les pratiquants de tennis, de padel ou de beach tennis. Elle référence plusieurs milliers de clubs répartis partout en France.
- Le système de géolocalisation permet de proposer des contenus répondant aux besoins de chaque utilisateur, avec une gestion simplifiée de sa pratique dans les clubs.
- Les joueurs peuvent organiser plus facilement leur pratique, en quelques clics, via des fonctionnalités nouvelles, enrichies et innovantes, telles que :
- accéder à des fiches détaillées de milliers de clubs affiliés FFT (offres de cours, stages, adultes, enfants, … et équipements)
- réserver un terrain, s’inscrire à un tournoi, accéder à son agenda « Joueur »
- suivre ses statistiques de matches en tant que compétiteurs
- organiser des matchs défis
- créer sa « Communauté » facilitant la mise en relation avec d’autres partenaires de jeu

Bientôt, les dirigeants de clubs pourront également s’adresser directement à leurs membres par simple notification, de même que les enseignants vis-à-vis de leurs élèves.

 

Une question sur cette plateforme ? Consultez la Foire Aux Questions

 

 

 


Compétition, Règlements sportifs, championnats par équipes, buzz sur les réseaux sociaux …
Interview sans tabou du président de la Ligue Jean-Claude Bousteau

 Cette saison sportive est marquée par une hausse des conflits à traiter et par un sentiment de mécontentement qui s’exprime sur la règlementation sportive des championnats par équipes. En êtes-vous conscients à la Ligue ?

Oui nous sommes bien sûr conscients de ces remontées du terrain car nous ne vivons pas sur une île déserte coupée du monde ou en haut de l’Everest puisqu’on fait beaucoup référence aux instances dirigeantes comme « ceux d’en haut ». Les cas traités par nos commissions sportives et commissions des conflits sportifs, nous ont déjà sensibilisés aux problématiques rencontrées sur les championnats par équipes cette saison. D’ailleurs, paradoxalement, une partie des problématiques sont le résultat de simplifications opérées sur certains points de règlements qui entrent en collision avec d’autres points comme par exemple le décalage des championnats départementaux et régionaux avec la règle qui veut qu’un même joueur ne joue pas deux fois la même journée de championnat dans deux championnats différents. Nous aurions peut-être dû être plus pédagogues.

 

Ce n’est pas seulement la pédagogie qui est mise en cause mais l’essence même des règlements et à vrai dire un néophyte qui s’attaque aux règlements sportifs a l’impression d’avoir dû passer par math sup pour espérer tout comprendre ?

Effectivement cela peut-être la première impression. Mais sans vouloir se dédouaner, on ne fait pas des règlements dans le but d’ennuyer les clubs et joueurs-ses, les règlements ont pour objectif premier de garantir l’équité sportive et de répondre aux situations qui ont pu être constatées ou aux demandes majoritaires des clubs.

Ainsi par exemple, si nous avons limité la possibilité d’enchaîner les championnats pour un même joueur ou même la possibilité de multiplier la création de championnats par équipes c’est aussi parce qu’à une époque, nous avons assisté à l’arrivée de « professionnels » des championnats par équipe, qui faisaient leurs dix à quinze matchs, maintenaient leur classement et dans le même temps les clubs se plaignaient de la baisse de fréquentation de leurs tournois.

N’oublions pas aussi qu’au niveau régional, nous devons garantir l’équité sur un territoire et prendre en compte la réalité de 480 clubs et 6 comités dont le plus petit a moins de 1 500 licenciés et le plus gros plus de 30 000, des comités dont la taille moyenne de club est de 90 adhérents alors que d’autres sont à plus de 250 adhérents par club, ou que dans notre Ligue on joue à la fois en montagne et au bord de la mer. C’est d’ailleurs pour cela que souvent la simplification se fait d’abord à l’échelon départemental.

Enfin, la Ligue Provence-Alpes-Côte d’Azur n’a même pas deux ans d’existence, nous avons essayé de concilier des cultures et histoires sportives différentes et cela demande encore des évolutions.

 

Mais êtes-vous capables d’entendre la demande de simplification ?

Oui bien sûr aujourd’hui nous devons aller dans le sens de la simplification, faciliter le jeu, c’est déjà à l’œuvre pour la préparation des règlements sportifs 2020. Nos règlements ont été adaptés à un moment précis mais ce qui était vrai hier ne l’est plus forcément aujourd’hui.

Avons-nous empilé trop de règles à la faveur de cas particuliers comme le dit un enseignant ? C’est fort possible mais la nature humaine fait qu’à chaque fois qu’un règlement a été trop imprécis, certains se sont engouffrés dans la brèche au mépris du fair-play et de l’équité sportive.

Au passage, je tiens d’ailleurs à remercier nos commissions, départementales et régionale, d’arbitrage pour le travail de formation initiale et continue qu’elles accomplissent. Un intervenant sur les réseaux sociaux souhaitait que tous les « profs «  soient JAE de championnats départementaux ou régionaux, allons-y les formations sont ouvertes à tous. Il existe déjà des sessions spécifiques pour les enseignants de tennis. Mais encore faut-il s’y inscrire !

Cependant je rappelle qu’on ne peut pas faire de compétition officielle sans règlement et il est important de souligner qu’il est aussi du devoir des intervenants dans les clubs de s’approprier ces règlements et de les faire connaître aux joueurs, aux parents... Enfin simplification ne veut pas dire laisser-aller !

 

C’est quand même beaucoup d’énergie pour une catégorie les compétiteurs qui ne représentent que 36% des licenciés de notre Ligue !

Il ne faut pas voir les choses sous cet angle abrupt d’un chiffre unique. La compétition par équipes dans notre Ligue c’est 4 586 équipes et 54 851 matches, c’est un véritable temps fort de la vie du club, c’est un moment où notre sport par essence individuel renoue avec des valeurs collectives.  C’est un sujet très sensible.

Dans le même temps, nous devons veiller à ce que la compétition par équipes ou individuelle ne devienne pas la seule préoccupation du club et à ce que le club soit aussi le lieu d’expression des autres pratiquants qui viennent pour des motivations différentes mais tout aussi respectables, c’est pourquoi par exemple on ne peut pas imaginer une totale libéralisation de l’organisation des tournois.

 

Les enseignants professionnels sont particulièrement actifs sur ce sujet de la règlementation sur les réseaux sociaux et interpellent clairement les instances dirigeantes. Qu’en pensez-vous ?

Il faut savoir entendre tous les acteurs du tennis et ce quel que soit le moyen de communication. D’ailleurs si cela passe par les réseaux sociaux, c’est peut-être parce que les lieux d’expression existants ne sont pas assez satisfaisants. Dans le même temps, ce n’est pas parce que c’est sur les réseaux sociaux que c’est la vérité ou que c’est le reflet d’une opinion majoritaire. J’en veux pour preuve le récent buzz sur les conditions d’accueil des équipes dans certains clubs !  Mais cela doit nous interpeller et donner lieu à des actions de notre part sans pour autant renier tout le travail que nous accomplissons déjà et tous ceux qui sont satisfaits des règlements actuels. 

 

Il y est évoqué notamment les remontées d’information et l’implication des enseignants professionnels dans les instances dirigeantes qui ne seraient pas assez prises en compte. 

Ecoutez, ces enseignants ont une démarche constructive car ils veulent nous transmettre des propositions, c’est plutôt positif !  Ils ne sont pas dans une démarche agressive, ne soyons pas sur la défensive.

Mais je ne peux pas laisser dire que les enseignants ne sont pas écoutés ou sollicités. Les enseignants professionnels ont été représentés aux Etats Généraux du Tennis aux côtés des dirigeants de club il y a 2 ans et ils sont de nouveau représentés aux Etats Généraux du 27 avril. Actuellement sous l’égide de la Ligue, le comité de Vaucluse mène un groupe de travail sur la nouvelle école de tennis en associant des enseignants professionnels à la réflexion. En 2018, 289 enseignants de notre Ligue ont participé aux réunions d’information et de formation des comités et de la Ligue. La Fédération a mené un questionnement vers les enseignants professionnels à travers toute la France, questionnant 100 enseignants de notre Ligue selon des critères de représentativité.

Alors bien sûr avec près de 800 enseignants actifs dans notre Ligue, il est certain que 700 peuvent penser ne pas être consultés par la FFT ou les 62% qui ne sont venus à aucune réunion penser que les décisions sont prises sans prendre leur avis. Il y a un congrès des enseignants à Monte Carlo où sera évoquée la compétition libre, c’est l’occasion de discuter de cette nouveauté, de faire remonter des informations et en fait seuls 23 enseignants ont répondu présents pour l’instant !

Mais je peux être sensible au fait qu’ils ne sentent pas entendus et il va falloir que nous en tenions compte tout en ne tombant pas dans la démagogie !  

Enfin si des enseignants veulent s’investir dans les commissions sportives, ils sont les bienvenus (et certains y figurent déjà activement et efficacement). Leurs membres ne seront pas fâchés de voir arriver des bénévoles supplémentaires pour travailler avec eux sur les règlements, les calendriers, répondre aux clubs et assurer les permanences des championnats pour permettre aux compétiteurs de jouer dans les meilleures conditions.

 

Alors pas besoin de manifester en gilet jaune pour être entendu ?

Non pas besoin d’enfiler un gilet jaune pour être entendu à la Ligue.  Mais entendu ne veut pas dire qu’on va répondre à tout favorablement sans discernement.

Rappelons quand même que notre rôle est d’être au service de l’intérêt général et que parfois cela va à l’encontre d’intérêts particuliers et que cela peut léser une équipe, un club, un enseignant…

Ce débat est sain. Notre sport évolue, la société évolue, les attentes des pratiquants évoluent, la pratique sportive change, elle est multiple et nous sommes à la croisée des chemins.

Chacun a des compétences au sein de notre sport, et je ne crois pas qu’une compétence soit supérieure à une autre, c’est la mise en commun de ces compétences qui nous permet d’avancer et non leur opposition.

 


 

E-PASS JEUNES DE LA REGION SUD PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR

La Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur a mis en place sur l’année scolaire 2017/2018 un E-Pass Jeunes permettant aux 15-25 ans lycéens, apprentis et en formations sanitaires et sociales de bénéficier d’avantages culturels (achat de livres, spectacles … ). Pour l’année scolaire 2018/2019, le dispositif est étendu au sport avec une offre de réduction de 20 euros sur la prise d’une première licence sportive (comprendre non licencié dans l’activité sportive en question en 2018).
C’est l’occasion de proposer dans votre club une offre ciblée au public lycéen.

Vous trouverez toutes les modalités de ce dispositif dans le courrier à télécharger ainsi qu’un visuel de l’affiche éditée par le Conseil Régional.

Suite à plusieurs interrogations, nous vous rappelons que les clubs ne peuvent pas adhérer en direct au dispositif et qu’il faut passer par la Ligue. Attention, une fois édité par le jeune bénéficiaire, le Voucher permettant la réduction a une durée de validité de 15 jours, nous devons nous Ligue le saisir avant cette échéance, donc renvoyez-les nous par mail le plus rapidement possible.
Si vous avez en votre possession des Vouchers qui ont plus de 15 jours, il faut demander au jeune bénéficiaire de l’annuler dans son compte et d’en éditer un nouveau

Contact : Véronique Lopez 04 42 28 19 45

 


UN PARTENARIAT CoSMoS/FFT : UNE PREMIERE !

Le 9 juin dernier, la Fédération Française de Tennis a signé une convention d’offre de services spécifique avec le CoSMoS, la première organisation des employeurs du sport ; c’est la première fois, qu’une fédération s’associe avec le CoSMoS, dans un partenariat de ce type.

La FFT a souhaité, grâce à cette convention, faire bénéficier ses clubs de l’expertise du CoSMoS en droit social.

Cette convention qui prendra effet le 1er septembre 2018 permettra aux clubs de la FFT, en ayant manifesté le souhait, de bénéficier gratuitement :
• d’une permanence juridique assurée par un juriste en droit social dédié afin de répondre aux demandes d’informations et de conseils en composant le 01 58 10 06 68 ;
• d’un accès à la plateforme juridique sur le site internet : www.cosmos.asso.fr ;
• d’un accès aux outils mis en place (modèles de contrat de travail, fiches pratiques, newletters...) sur le site internet: www.cosmos.asso.fr ;
• de formations dispensées au sein des ligues (ex : « Se former aux bases de la fonction employeur » ).
Pour ce faire, chaque club employeur devra s’identifier via le formulaire d’adhésion disponible ici.

Ce partenariat qui concernera également les ligues régionales et les comités départementaux de la FFT doit permettre aux clubs employeurs et à leurs dirigeants d’appréhender de manière accrue leurs responsabilités sociales et le statut d’employeur.

Le CoSMoS et l’ensemble de son équipe reste à votre disposition pour toute information complémentaire sur ce partenariat.



Nos Partenaires